Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Un superbe moment de western sans clichés dans Faillir être flingué

Un superbe moment de western sans clichés dans Faillir être flingué

Un très beau moment de lecture. On pourrait s'arrêter là en parlant de Faillir être flingué de Céline Minard, tant les critiques ont été élogieuses pour ce western suprenant, trépidant, embrassant les différents thèmes mythiques du far west. Le lecteur retrouve ainsi des Indiens, parfois hostiles, parfois commerçants, des émigrés venus chercher fortune, une tenancière de saloon, madame Claude adepte du Colt. Et puis un voleur de grand chemin, un éleveur... enfin, des chevaux, beaucoup de chevaux. C'est un aspect qui n'a d'ailleurs pas été assez souligné dans Faillir être flingué, les canassons sont au centre de tout, ils sont la richesse et la liberté.

Sans être un roman choral, le livre de Céline Minard s'attache d'abord à situer une bonne demi douzaine de personnages. Il y a d'abord les deux frères (Brad et Jeffrey) avec le fils (Josh) et la mère, dans leur chariot, traversant les vastes plaines. Chacun a des objectifs et des rêves différents pour cet Ouest qui leur est promis. Mais tous les trois (la mère va vite disparaître dans une scène dantesque) sont la colonne vertébrale de Faillir être flingué, incarnant ce que vont devenir ces Etats-Unis, pays de commerce, pays d'élevage, pays de tous les possibles. Neuneu ? Pas du tout, Céline Minard s'est proprement appropriée les codes du western mais évite intelligemment les caricatures, les pistolades inutiles. Dans un rythme quasi parfait, elle multiplie les séquences d'actions. Ainsi, celle où deux mâles se disputent une paire de bottes, ne se finit pas en duel au soleil mais en une magnifique course nocturne à cheval.

Tout cela, mélangé à l'arrivée des premiers bains, des premiers Pony express, fait de ce roman, le remake de Naissance d'une nation avec un vrai souffle historique, une qualité d'écriture et une connaissance précise de cette période de l'Amérique. L'auteur y met de plus une belle touche féminine en dressant de très fins personnages de tenancière de saloon, de musicienne, de filles d'éleveurs. Au final, ce qui estomaque vraiment, c'est qu'une femme s'empare ainsi d'un thème aussi macho que celui du western. Et une Française qui plus est... Oui, on a peut-être des a priori mais Céline Minard vient de les dégommer avec son six coups.

Faillir être flingué, Céline Minard, édition Rivages, 326 pages, 20 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article