Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Extorsion : quand James Ellroy nous fait patienter... et rire

Extorsion : quand James Ellroy nous fait patienter... et rire

D'accord, Extorsion n'est pas le plus grand roman de James Ellroy. Cela sent un peu le prétexte, histoire d'attendre le premier volume du prochain quatuor. Premier volume, baptisé Perfidia, dont Extorsion donne deux chapitres, qui ne se suivent pas mais mettent tout de même l'eau à la bouche. De toute façon, Rivages nous avait déjà aidé à patienter il y a quelques années avec Destination Morgue, un recueil de nouvelles... tout de même plus conséquent. Mais il ne faut pas bouder son plaisir de voir Ellroy nous offrir cette nouvelle, bien déjantée, bien dégueulasse. Extorsion est assez dingue et riche en humour.

C'est donc l'histoire de la rencontre entre James Ellroy et l'ancien flic de Los Angeles, Freddy Otash, devenu au fil de ses bavures, un membre à part entière de la rédaction magazine trash Confidential. A l'aide de son réseau d'indics, de détectives, de roulures, il va coincer différentes stars, de Marlon Brandon à Katherine Hepburn, dans des situations vraiment très comprometantes. Au point que le lecteur a parfois du mal à y croire... Ce qui est intéressant, finalement, c'est de voir l'auteur s'essayait à un genre nouveau : la nouvelle drôle. C'est plutôt réussi.

Quant aux deux chapitres de Perfidia, c'est carrément très bon. La première scène raconte l'élimination d'un violeur par les flics avec l'aide de la mafia chinoise. La seconde voit Lee Blanchard et Dudley Smith découvrir le meutre (ou le suicide collectif ?) d'une famille de Japonais. En quelques mots, chaque fois, Ellroy nous plonge dans l'ambiance. C'est magistral. Et on se régale de retrouver les personnages du Dahlia, vingt ans après. Vivement mars 2015 et la sortie de Perfidia.

La question est : pour 13, 50 euros, est-ce que l'on en a pour son argent ? Oui.

Extorsion, James Ellroy, édition Rivages, 188 pages, 13, 50 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article