Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

De la coupe aux lèvres : Jim Thompson publié dans le Hitchcock Magazine en octobre 1962 (13)

De la coupe aux lèvres : Jim Thompson publié dans le Hitchcock Magazine en octobre 1962 (13)

En 1962, Jim Thompson a déjà 56 ans et publié près d'une vingtaine de romans aux Etats-Unis. En France, le Hitchcock Magazine publie, pour la première fois, une de ses nouvelles : The Cellini Chalice, gymnastiquement traduit par De la coupe aux lèvres. Big Jim est-il si peu connu qu'il n'apparaît pas sur la couverture ? On y voit le nom de Fletcher Flora, Bryce Walton, Richard Deming mais pas encore celui de l'auteur de The killer inside me... Trois ans plus tard, sa nouvelle Une belle salade, sera, seule, sur la couverture du même magazine.

Dans De la coupe aux lèvres, Mitch Allison incarne le personnage thompsonien par excellence (on pense à Dusty d'Un chouette petit lot et surtout à Frank Dillon d'Une femme d'enfer). Un escroc qui fait du porte à porte à la recherche d'objets à acheter et à revendre. Mitch n'a pas une mauvaise opion de lui-même, il se prend pour un prince mais n'est qu'une canaille naïve. Quand il pense tomber sur une poule facile et lui prendre sans débourser un dollar, sa belle coupe d'or et d'argent, il met le doigt dans un engrenage classique chez Thompson. La fille en question le double, Mitch se retrouve avec un caïd aux fesses, il perd l'argent... le tout entre San Diego et Los Angeles.

Très honnêtement, on ne saisit pas bien(la différence d'époque ?) l'arnaque que veut faire Mitch avec la banque, avec une histoire de chèque encaissé, de mobilier subtilisé... Mais comme d'habitude chez Jim Thompson, la mécanique narrative fonctionne à plein. Alors, encore une fois, le lecteur peut s'amuser des traductions sixties, avec des termes carrément tomber dans les oubliettes : " vous étiez fichtrement chaud pour l'acheter... le plus futé des types à la coule (?!)... le genre qui grimpe aux arbres pour vous emmouscailler..." Finalement, cela a un côté anthropologique plutôt marrant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article