Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Manger avec Régis Jauffret, boire avec Tim Willocks... les rencontres littéraires de Bastia

Manger avec Régis Jauffret, boire avec Tim Willocks... les rencontres littéraires de Bastia

Una Volta Dui Mondi, nom bien choisi pour les 1res rencontres littéraires de Bastia. Elles viennent de se terminer et bon sang, c'était cool. Oui, cool. Parce que l'on a recontré des auteurs qui, en fait, sont parfaitement disponibles, pour leur public, pour les journalistes, pour les intervenants. De Kennedy à la jeune Julie Bonnie, en passant par Ovaldé, Claude Arnaud, Willocks, ils ont tous eu un truc à raconter. Bon et puis, ce n'est pas pour dire mais dans les jardins du musée de la citadelle à Bastia, l'événement avait vraiment de la gueule : vues sur le port et le Vieux-Port, l'église Saint-Jean Baptiste, la Thyrénienne, dans un palais des Gouverneurs majestueux. Extraits de petites choses récoltées ici et là.

Alors oui, Douglas Kennedy est un gros vendeur. Mais c'est aussi un mec marrant une fois qu'il tombe le discours tout préparé. L'auteur de Cul-de-sac s'est bien lâché en fin de journée du côté de la Rhumerie... Nicolas Richard était ven,u lui, dans les pas de sa compagne Julie Bonnie (remarquable rencontre sur son roman Chambre 2 et la normalité de la femme aujourd'hui). On le connaît comme traducteur de James Crumley, de Harry Crews et il prépare actuellement la sortie d'un nouveau Thomas Pynchon pour la prochaine rentrée.

Avec Véronique Ovaldé, en tant que directrice de la collection Noir chez Points, on a un peu parlé de François Médéline (on allait se gêner) : " je prendrais sans aucune doute son tout nouveau roman, Les rêves de guerre. " Voilà, c'est fait, mais sinon d'où vous sortez le Thomas H Cook inédit que vous publiez ? Et Pete Dexter, qu'est ce qu'il devient ? " Thomas H. Cook a une grosse back list de livres non sortis en France. On ne pouvait pas sortir Dernière conversation avec Lola Faye en grand format vu qu'il y en a déjà un qui est sorti cette année. C'est ce que l'on appèle un arbitrage, on le sort donc en poche ce mois-ci. Quant à Pete Dexter, je suis désespérée de ne pas avoir de ses nouvelles. " Sorj Chalandon, lui, en a toujours gros sur la patate. Que ce soit depuis le massacre de Sabra et Chatila, " les images d'enfants égorgés, ça vous hante... une fois en Corse, je suis passé à proximité d'une charogne, rien que l'odeur m'a renvoyé un paquet de flash sur des scènes de massacre... " Ou depuis ces années en Ulster : " la dernière chose qui doit se faire, c'est la réunification. Et je la verrais de mes yeux. "

Et puis il y a eu la dernière soirée. Au dîner, entre deux verres de blanc et une assiette de raviolis maison, Régis Jauffret, drôle à mourir, racontait les anecdotes collectées squr DSK pour sa Ballade de Rikers Island. Comme je n'ai pas envie de me retrouver avec un procès en diffamation, je n'en dis pas plus mais c'était à hurler de rire. Après quoi, il a fallu trouver un bar qui diffusait le match Angleterre-Italie à minuit. Pour Tim Willocks, grand supporter de Manchester United, puisque c'est un peu sa région, " et chez moi, c'était United, un point c'est tout. " Armagnac pour lui, pression et Jack Daniels pour le reste de la table, jusqu'à deux heures du matin. On a peu parlé de Matias Tanhauser le héros des Douze enfants de Paris, mais qu'est ce qu'on a évoqué Cantona, Ryan Giggs, Steven Gerard et même Glen Waddle ! Son interprète, l'adorable Philippe Aronson, avouant, est-ce le bourbon ?, qu'il était en train de lire en suédois la biographie de Zlatan : " je parlais très bien le suédois avant, j'ai besoin de m'y remettre !" En toute fin de soirée, c'était Sébastien Bonifay, le libraire des Deux Mondes, qui racontait, gestes à l'appui, ses années de karatéka à Tim Willocks... Le bar est passé à deux doigts d'une démonstration en kimono !

Pour finir, cette première édition a ravi les auteurs, heureux du lieu mais aussi de la qualité des rencontres. Et de l'écoute du public. Un millier de personnes sont venues assister à cet événement entièrement gratuit.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article