Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

911 : Harlem, les urgences, la mort, les blattes... un roman qui secoue

911 : Harlem, les urgences, la mort, les blattes... un roman qui secoue

On en connaît qui râlent parce qu'ils ne reçoivent pas de service de presse, vous savez ces livres envoyés par les maisons d'édition. Qui jugent ça déplacé, " privilèges, pistonnés.. et patati et patata !". Pourtant, dans les 15 livres que je reçois par mois en moyenne, ce n'est jamais simple de faire un choix. Il y a les livres attendus, OK, ça c'est direct à côté du radio réveil. Il y a ceux dont on a rien à faire, ça c'est rangé sous les rideaux, avant de rejoindre la bibliothèque municipale. Et puis il y a ceux dont on attend qu'ils vous parlent. 911, de Shannon Burke fait partie de ceux-là. En vérité, l'attachée de presse m'avait averti " c'est pour vous, ça va vous plaire... " Deux chroniques pointues après, je lis la quatrième de couv'. Bon sang, c'est... c'est.. comme ce super film de Scorsese que tout le monde a oublié : A tombeau ouvert ! Un ambulancier à New-York. Sauf que là c'est son journal pendant 11 mois et c'est d'une noirceur, d'un réalisme. Gulp ! C'est bon mais il faut s'accrocher.

Ollie Cross est un bleu aux urgences de Harlem. On le met avec Rutkovsky qui, lui, est un type solide, vétéran du Viet Nam, marié quatre fois. Enfin, solide... Mais le duo fonctionne bien, l'ancien prend son temps pour apprendre le métier d'ambulancier à Cross. Car aux Etats-Unis, l'ambulancier ce n'est pas celui qui conduit et qui fait pim pon. Non, l'ambulancier sauve des vies, prodigue les premiers soins, c'est un urgentiste du front, celui qui se tape toute la merde et doit la ramener à l'hôpital. Blessés par balle, suicide, diabétiques au dernier degré, infarctus, démence (ah cette femme nue et son céleri planqué dans son vagin !...) Forcément dans le quartier le plus pauvre de New-York, dans ce début des années 90 en pleine crise, c'est sauvage, violent et dingue, complètement dingue.

Ollie Cross va s'accrocher, bosser son examen d'entrée en école de médecine mais également changer, devenir un autre type, pas blasé, mais plus froid, un peu plus dur. Rutkovsky, homme de compensation, également va péter les plombs. LaFontaine, collègue cynique, se montre lui de plus en plus cynique. Ce petit monde évolue, se transforme face à des situations incroyables, une chaleur estivale à mourir, un climat social de plus en plus insupportable. C'est l'âme humaine de ces soldats de l'urgence qui est mise à nu, craquer ou résister, tendre la main ou détourner le regard. " Des revus porno jonchaient le lit, et quelques asticots se tortillaient sur les couvertures des magazines. Dans un coin de la pièce, un dessin animé projetait une lueur morne. Des blattes grimpaient sur le ventre du mort, sur ses parties génitales, sur son visage et dans sa bouche. "

On est bien entre A tombeau ouvert et la série des géniaux polars de Joseph Wambaugh sur le commissariat d'Hollywood, il y a ce côté quotidien, répétitif et tous ces personnages secondaires très riches. L'écriture, elle, ne s'embarrasse pas de recul psychologique, c'est direct, franc et tout de même d'une grande richesse littéraire, avec des réflexions fortes sur l'Homme, sa capacité à tendre la main. Très rare comme livre.

911, Shannon Burke, ed. Sonatine, 207 pages, 16 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article