Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Celle qui a tous les dons : l'humanité est-elle vouée à se transformer en zombie ?

Celle qui a tous les dons : l'humanité est-elle vouée à se transformer en zombie ?

Depuis la mythique collection Gore (ce n'est pas hier donc !), je n'avais plus touché un livre de zombies. C'est chose faite avec cet excellent Celle qui a tous les dons de M. R. Carey, aux éditions Atalante. On est aux débuts des années 2000, en Angleterre. Il y a 20 ans, c'était la Cassure, un moment de l'Histoire où le monde s'est effondré. Une bactérie tueuse, dévoreuse, s'est répandue à la vitesse grand V à travers la planète, contaminant les vivants et les transformant en " affam " : êtres zombifiés - même si le mot n'est jamais prononcé - totalement statiques, exceptés lorsqu'ils sentent une odeur humaine, aperçoivent un mouvement, entendre un bruit. A ce moment-là, c'est la curée proprement dite avec des affams qui courent plus vite qu'Usain Bolt et ont plus d'appétit que Shrek ! Seuls demeurent quelques vivants dans la zone protégée de Beacon. Et puis il y a la base scientifique, où des expériences sont menées sur des enfants infectées qui conservent des capacités humaines stupéfiantes...

Grosso modo, il s'agit d'un road trip. Puisque la base est attaquée par des vivants qui ont refusé de se réfugier à beacon et mènent la vie dure aux affams et aussi aux autres vivants. Dans un véhicule militaire s'échappe le sergent Parks, un trouffion nommé Gallagher, mais aussi la docteur Caldwell, l'enseignante " spécialisée " Justineau et l'affam hyper douée, Mélanie, une petite fille qui surmonte son envie de bouffer de l'humain, qui comprend un plan en deux secondes, qui apprend à la vitesse d'un ordinateur. Tous les cinq tentent de rejoindre Beacon. Chacun avec des objectifs différents. Le plus intéressant évidemment, c'est bien cette Mélanie qui découvre à la fois son état de zombie, confrontée qu'elle est à la réalité extérieure, mais également sa capacité à rester humaine, comme cet amour qu'elle porte à sa maîtresse Justineau.

On retrouvre tous les bons ingrédients d'un roman comme Je suis une légende, avec une dose de gore, de tension et de belles réflexions sur l'enfance. Ce n'est jamais too much, jamais nunuche, l'équilibre entre scènes d'action et scène plus intimes est parfait et cela donne un rythme très agréable pour qui aime ce genre de sujet. Celle qui a tous les dons ravira les fans de George A. Romero, évidemment ceux de la série The walking dead mais aussi les amateurs de Stephen King. Ben voilà, tout ça, ça fait du monde...

Celle qui a tous les dons, M. R. Carey, ed. L'Atalante, 442 pages, 23 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article