Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

20 mai 1979 : la revue Polar publie la troisième nouvelle connue de Jim Thompson (18)

revue Polar numéro 2
revue Polar numéro 2

En 71 années, Jim Thompson (1906-1977) n'aura vraisemblablement écrit que trois nouvelles. Deux paraissant en France dans la première moitié des années 60 dans le Hitchcock Magazine (on en a parlé ici et ). Il faudra attendre près de quinze années pour lire ce qui est donc sans doute (mais on n'en sait vraiment rien tant l'homme a beaucoup écrit... mais heureusement Rivages a fait un travail considérable avec les fameux Ecrits perdus) sa troisième nouvelle. C'est François Guérif, alors jeune patron de la revue " Polar, le magazine du policier " qui publie Le défaut du système dans le numéro 2, le 20 mai 1979... Bon, ne jouons pas la montre, ces cinq pages, publiées aux Etats-Unis dans le Ellery Queen's Mystery Magazine ne sont pas d'un intérêt outre-mesure. Par contre, ce numéro 2 offrant un dossier spécial Jim Thompson, il y a quelques beaux entretiens, avec sa femme, Perec, qui a scénarisé A hell of a woman pour en faire Série Noire, donc Corneau, réalisateur de Série Noire. Mais surtout Pierre Rissient, grand homme de cinéma, proche de Thompson, à la fin de sa vie..

Le défaut du système raconte l'histoire d'un escroc qui vient se faire prêter de l'argent dans un organisme de crédit. Au mépris de toutes les règles, un employé lui accorde un prêt de 175 dollars, sans assurance, sans contre remboursement... L'employé comprend vite sa bévue. Mais le dossier est accepté par son supérieur, qui comprend lui aussi trop tard, qu'il y a un problème dans ce crédit. Tous deux craignent l'arrivée du patron. Le lecteur de Big Jim a l'habitude de se retrouver dans ses petites arnaques, ses tracas de petits Américains, effrayés de perdre leur place, déboussolés par l'énormité du piège. Le plus étonnant, ici, est que l'escroc en question n'apparaît jamais physiquement. Pour le reste, c'est moyen, voire anecdotique. Mais à cette époque, en 1979, tout Jim Thompson n'a pas été publié et la Série Noire pour son 1000e roman, sort Des cliques et des cloaques ! Donc c'était tout de même une sorte de reconnaissance.

Le meilleur de la revue réside toutefois dans les entretiens. Celui de Roberta est intéressant car elle évoque les liens de feu son mari avec Hollywood et son éditeur, Arnold Hano, chez Lion Books, elle aborde aussi l'embrouille avec Kubrick, sur The Killing. Elle parle bien évidemment de sa première rencontre avec Jim Thompson, de son roman favori (The killer inside me) mais aussi de ses connaissances, dont Raymond Chandler, assure-t-elle. Ce à quoi, Pierre Rissient (qui fut directeur artistique du festival de Cannes, proche de Bertrand Tavernier, connaisseur du cinéma américain puis asiatique), répond : " il ne m'en a jamais parlé, ça ne me paraît vraiment pas évident. Chandler vivait en Californie quand Thompson était à New-York. Chandler était un grand nom et Thompson étant chez le même agent que lui, je crois Alberta Thompson tout à fait capable d'avoir inventé ça. " Bim ! Le reste de son interview est diablement riche en anecdotes, même si Rissient n'a rencontré, la première fois, Thompson, qu'une dizaine d'années avant sa mort. Il confie les gros problèmes d'argent que connaissait l'auteur, la volonté de vendre ses livres au cinéma, les tensions avec sa femme mais aussi ses enfants et, enfin, sa candeur. Des infos extrêmement rares au final.

Les entretiens avec Pérec ou Corneau sont intéressantes mais concernent, bien sûr, le film Série Noire, le choix des acteurs, les mouvements de caméra et l'oeuvre de Thompson en général. Cela reste toutefois des vrais documents, un sacré travail journalistique. Et ce numéro (sans doute facilement trouvable sur le net), un pur collector pour l'amateur.

Quelques années plus tard, François Guérif renouvelait son admiration pour l'écrivain de l'Oklahoma, dès la création de Rivages, avec, comme premier titre publié, Liberté sous condition.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article