Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Prendre Lily : obstination et obsession de justice par Marie Neuser

Prendre Lily : obstination et obsession de justice par Marie Neuser

Après deux romans noirs très personnels et très réussis, Marie Neuser, nouvelle signature de Fleuve Noir, s'attaque à un projet ambitieux : un diptyque sur un meurtrier du début des années 2000 ayant sévi en Italie puis en Angleterre. Prendre Lily est un roman de la patience. D'abord pour le lecteur qui doit ronger son frein une bonne centaine de pages avant de voir l'action prendre enfin de l'envergure. Mais c'est aussi la patience de la police anglaise, certaine de savoir qui est le meurtrier de Lily mais qui doit attendre des analyses, un faux-pas du suspect, un indice... Dans un monde où tout le monde réclame une justice, dans l'heure, dans la journée, dans la semaine, dans le mois, Prendre Lily, basé sur des faits réels, montre que la réalité criminelle impose le temps comme mesure. D'abord déroutant, ce troisième roman de Marie Neuser s'impose comme une belle réussite. Le roman de la maturité.

On est dans une petite ville d'Angleterre, appelée B. Là, le détective Gordon McLiam découvre le cadavre de Lily Hewitt, dans sa baignoire, les seins tranchés et posés le long de corps poignardé, la tête fracassée au marteau. Une vision d'horreur pour ce policier. Une vision qui ne va pas le lâcher. Au point que retrouver le meurtrier va devenir une obsession de tous les jours, de toutes les nuits. Avec Daphné et Jim, ses partenaires, avec aussi Bradford, le nouveau commissaire en chef, leur intuition, leur savoir-faire va les mener rapidement à la piste du voisin chez lequel, les filles de Lily se sont réfugiées après avoir découvert leur mère dans la baignoire : Damiano Solivo. Un Italien, qui, il y a dix ans, avait été sérieusement inquiété lors de la disparition d'une fille de son village. Un Italien qui, après le meurtre de Lily, fait tremper ses baskets dans de la javel... comme pour en supprimer tout trace d'ADN. Insaisissable, menteur, effronté, fétichiste, écoeurant par son physique, son esprit, Damiano Solivo n'arrête pas de glisser entre les doigts de Gordon, niant toujours, avec une mauvaise foi rare. Il n'offre décidément aucune prise. Même après deux, trois, quatre gardes à vue. Les flics britanniques vont alors devoir fouiller en Italie pour résoudre l'équation anglaise. Et les années passent. Avec la date anniversaire de l'assassinat de Lily, toujours plus douloureuse.

Roman de l'obsession, de la quête de vérité, Prendre Lily confronte les difficultés d'une enquête au quotidien à l'absence d'éléments, de témoignages, juste cette fameuse intuition. Si l'on excepte des dialogues parfois trop longs, Marie Neuser réussit parfaitement la construction de son intrigue, donnant petit à petit plus de chair à son Gordon et, inversement, créant un Damiano Solivo, de plus en plus abject. Lent, étouffant et prodigieux.

Prendre Lily, Marie Neuser, ed. Fleuve Noir, 521 pages, 20 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article