Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Nobody : le projet ambitieux de De Metter

Après plusieurs adaptations très réussies, 2016 a été l'année où le dessinateur Christian de

Metter s'est lancé dans le (très) grand bain : une série, Nobody, annoncée sur plusieurs "saisons". La référence aux séries américaines est clairement assumée dès le premier tome sorti en octobre dernier, Soldat inconnu. Cadrage, ambiance, scénario qui plonge dans les souvenirs, c'est du HBO version bande dessinée. Beatriz Brenna est expert psychiatre, elle vient dans une prison du Montana interroger un quinquagénaire chevelu et moustachu, un flic qui vient de descendre son partenaire. Lui, réclame la peine de mort, elle, lui, demande de se raconter. Astuce classique pour partir dans le passé, la fin des années 60. Notre futur taulard est un boxeur sans envergure. Jusqu'à ce que son frère meurt au Vietnam. La colère le rend plus teigneux sur le ring, plus incontrôlable dans la vie. Il se met au cambiolage. Et se fait serrer tandis que le proprio meurt d'une crise cardiaque. En piêtre position, il est obligé d'accepter la proposition du FBI d'infiltrer le milieu des gauchos de la côte ouest...

L'impression est très mitigée sur ce premier volume parce que l'histoire part dans tous les sens et ne prend pas le temps de respirer. 74 pages pour approcher un taulard, lui faire raconter sa jeunesse, ses bêtises, son embauche forcée au FBI, le jeu trouble des fédéraux, une histoire d'amour mais aussi un dossier sur J. Harvey Oswald... c'est beaucoup. Alors oui, De Metter parvient à se saisir de cette époque et il instille de vraies infos historiques, donc ça tourne. Même si l'amateur de son style attend un peu plus dans le dessin, finalement, il colle à son récit, sans grandes envolées sombres comme il sait si bien le faire. Il y a un côté assez classique que l'on attendait pas. Mais la série se jugera évidemment sur sa globalité.

Nobody, saison 1, épisode 1, soldat inconnu, coll. Noctambules, ed. Soleil, 74 pages, 15 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article