Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
The killer inside me

Littérature noire

Riposte : Las Vegas, univers impitoyable

Beau projet romanesque que de parler de Las Vegas à travers ceux qui y vivent, ceux qui y sont nés, dans l'ombre des casinos, à l'écart du strip. Riposte, c'est l'histoire de Deco, le latino dont le père a été assassiné sous ses yeux d'enfant, en passe de devenir un champion de boxe ce soir, dans sa ville. Et il y a aussi, Tyron, son ami d'enfance, celui dont les parents l'ont recueilli, qui revient de dix ans chez les Marines en Irak. Et puis, Keenan, troisième pote, flic, qui vient de buter un gamin black et se retrouve mis à pied avec toute la communauté noire dans la rue. Enfin, Naomi, ex-petite amie de Tyron, désormais mariée à Keenan. Ils ont la trentaine, ont déjà vécu milles choses mais ils ne s'attendent certainement pas aux événements de cette nuit et de la journée qui va suivre. Parce qu'Antoine Deco a quelques comptes à régler avec les assassins de son père et les assassins des parents de Tyron. Dans une ville de corruption, de business et de racisme, la conjugaison des trois déchaînent les rancoeurs, les vengeances savamment mûries. Si Keenan digère sa bavure, Tyron, lui, rejoue en cauchemar ses missions orientales...
David Albertyn offre une très bonne intrigue à son premier roman. Tout comme un cadre dramatique à souhait, avec cette discrimination qu'il connaît bien lui qui est né à Durban. La première partie de Riposte est une totale réussite, avec cette tension bien dosée autour du combat, des préparatifs jusqu'à la conclusion. Les rounds sont bien rendus, l'atmosphère, les gestes pugilistiques en eux-mêmes. Le défaut dans la cuirasse de cette belle machine c'est d'avoir quatre personnages... intéressants. Mais de ne pas aller plus profond dans chacun. Pour Deco peut-être plus que tous les autres. Peut-être que c'était lui le vrai moteur, l'épicentre de l'histoire, le latino encore plus rejeté que les blacks. Mais David Albertyn choisit de donner une place quasi équitable à chacun et c'est compréhensible, puisque Tyron comme Keenan et Naomi vont avoir leurs rôles, leurs partitions. Un bémol tout sauf rédhibitoire, Riposte distille son lot de scènes de calibres, de lames effilées et donc d'uppercuts et autres jabs. C'est solide.
(juste un dernier petit truc sur la traduction qui choisit trop souvent match pour désigner le combat...)

Riposte (Undercard, trad. Karyne Lalechère), ed. Harper Collins, 382 pages, 20 euros

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article