Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
The killer inside me

Littérature noire

Justice indienne : steaks de bison pas assez cuits

L'idée de départ était la bonne : parler de la drogue dans les réserves amérindiennes. Le principe même était bon : évoquer la vie dans les réserves au XXIe siècle. Mais David Heska Wanbli Weiden échoue sur les deux tableaux.
Son Justice indienne souffre trop d'un manque de style, d'une écriture trop scolaire, voire de dialogues vraiment peu réalistes. Dans le désordre cela donne "Mais... où était Loco ? Pas le moindre mouvement perceptible. Il était juste derrière Nathan quand j'avais descendu son deuxième acolyte, mais il avait disparu et c'était dangereux." ou "Il y a forcément d'autres types qui parlent de nutritions aine, objectai-je". Le personnage qui parle, Virgil Wounded Horse est un Lakota, dans la réserve de Rosebud, Dakota du Sud, il n'est pas trop allé à l'école et il casse des gueules pour rendre la justice. C'est assez difficile d'imaginer qu'il objecte. Cela ne colle pas. 
Pour faire court, Virgil doit sortir son neveu Nathan de la panade : il s'est fait choper avec des cachets d'oxycodine dans son casier du collège. Le gamin nie mais il risque dix piges derrière les barreaux. Seule solution, monter un traquenard avec le DEA pour piéger des dealers au coeur de la réserve. Mais question narration, cela non plus ne fonctionne pas, pour diverses raisons. La première overdose de Nathan. Pas crédible. Le personnage de Dennis, le flic. Trop superficiel. Pourtant David Heska Wanbli Heiden avait un matériau en or, qu'il ne fait qu'effleurer : le suicide des jeunes dans les réserves, il y avait là de quoi monter une sacrée histoire. Bien plus que ce crochet sur les recettes de cuisine lakota. Pour approcher, par le polar, la vie moderne des tribus sioux, cheyenne, navajos, il reste toujours Tony Hillerman ou les premiers Craig Johnson.

Justice indienne (Winter counts, trad. Sophie Aslanides), ed. Gallmeister, 412 pages, 24 euros
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jb 12/01/2021 14:31

Et les nouvelles couvertures Gallmeister ne sont plus du même niveau, malheureusement.

ANIMALERIE EYDENN 08/01/2021 23:22

Top, merci pour tout, au plaisir de vous voir.

christophe 08/01/2021 21:32

Sans oublier (mais tu n'allais pas faire une loooongue énumération) Le Sabot du diable (retoura aux fondamentaux, dirait Jean-Marc), une ambiance de réserve... à la Kem Nunn...

Jean-Marc 08/01/2021 08:39

Une autre possibilité pour aborder le thème, l'excellente série de comics Scalped de Jason Aaron et R. M. Guéra.