Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
The killer inside me

Littérature noire

Amour électrique : un brin d'humanité face à l'atome

" C'est peut-être cela l'amitié, des gens pas faits pour se rencontrer, rien en commun, mais qui se lient d'évidence aux comptoirs des cafés, sur les quais de gare ou dans les coursives de la mort."

Les romans apocalyptiques ou post-apocalypitiques sont plus nombreux ces derniers mois, ces dernières années. Ils traduisent à leur façon une authentique angoisse de vivre dans ce monde. Ce n'est pas une mode mais bien un reflet des peurs qui traversent nos sociétés. La catastrophe nucélaire par exemple, que la pandémie a fait passer, pour un temps, en arrière-plan, comme les dérèglements climatiques. Et pourtant,, pas un 11 mars ne se passe sans que nous soit rappelé la tragédie de Fukushima. Mais l'Homme est ainsi : le 12, il a, déjà, presque oublié. Denis Soula a donc choisi la phobie atomique pour Amour électrique, un titre et une couverture d'une rare élégance. Mais attention, pas d'effets de manche ici, pas de nuage, de souffle ou de mouvements de foule. L'auteur demeure dans une poésie de la suggestion, de la délicatesse.

Une femme guérisseusse, forte d'un don incroyable, traverse la France pour facturer ses services. Et se retrouve prise dans le confinement d'un village où la centrale nuéclaire toute proche menace. Ses talents sont demandés pour apaiser les malades de plus en plus nombreux. Dans un univers de tension, de crise, elle parvient à recréer un semblant de relations humaines, autour de quelques verres, avec la patronne du bar. Et surtout avec ce séduisant militaire. Dans l'hôpital, une jeune fille lui demande d'appliquer ses mains sur son premier amour, son petit mec, tombé en catatonie. La situation génrale empire, un deuxième réacteur montre des signes de faiblesse. Le docteur du service s'extrait de cette ambiance par la beauté, "j'essaie de composer un poème. Ce que j'ai trouvé de mieux pour m'isoler. Il faut être très concentré pour trouver de belles rimes. Accorder quelques lignes en un bouquet de fleurs, , ave des iris, des jacinthes, des narcisses." Dans le chaos, il y a encore de la place pour des éclairs de beauté.

Amour électrique transpire d'une plume forte et belle, avec une poésie,  une ode aux femmes de toutes les pages. Ce court roman, assez noir finalement, permet, à défaut de véritable espoir, de mettre un peu d'humanité simple, d'esthétique aussi, de sentiments, dans un univers qui se délabre. Il y a un miroir évident des jours que nous traversons depuis un an.

Un amour électrique, ed. Joelle Losfeld, 117 pages, 11, 50 euros
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article