Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
The killer inside me

Littérature noire

Lieutenant Versiga : un squelette dans les bayous, dix ans d'enquête

Il y a un moment précieux dans cette non-fiction autour de Darren Versiga, inspecteur de la brigade criminelle de Pascagoula, Mississippi, c'est lorsqu'avec sa femme, Jessica, ils décident de créer une association pour offrir une pierre tombale à ceux qui n'ont pas les moyens de s'en payer. Il a découvert cela lorsqu'il s'est recueilli sur la tombe de son père : juste à côté, il y avait des jouets rôtis par le soleil, dans la poussière, mais pas de plaque, pas de nom. " Darren Versiga a la passion des oubliés. Il veut les retrouver, parce que personne, selon lui, ne mérite d'être abandonné aux ténèbres. Cela peut paraître un peu présomptueux mais il a l'impression de rendre service à l'humanité. "
C'est pour cette raison qu'en septembre 2010, ce redoutable tireur, ex-boxeur, se porte volontaire pour comptabiliser les cold case de sa ville de Pascagoula, située à quelques encâblures à l'Est de la Nouvelle-Orléans, entre bayous et golfe du Mexique. Et là, un dossier attire son attention, celui d'un squelette retrouvé en 1977, sous un buisson, et jamais identifié. On l'appellera Jane Doe, comme tous ces cadavres inconnus. Les experts de l'époque avait permis d'assurer qu'il s'agissait d'une femme, autour de la trentaine, probablement étranglée, portant une perruque, avec une dent en or. Pas plus. Pour Darren Versiga, cet abandon est autant une injustice qu'une indignité. Alors, il enquête, il cherche. Et il trouve. L'assassinat d'une prostituée noire dans la région. Avec un suspect, Samuel White, un noir également, peintre en bâtiment. Mais l'homme est une anguille et va se sortir de ce dossier. Comme il va se sortir de deux autres accusations de prostituées qui ont réussi à lui échapper. Pas facile de se faire entendre quand on est une pute noire. Même si votre agresseur supposé est lui aussi afro-américain. Versiga ne lâche pas l'affaire, néglige peut-être le quotidien de son boulot, voire sa famille. Et suit White à la trace. Jusqu'en Californie.
Raphaël Malkin, l'auteur de ce Lieutenant Versiga, journaliste à Society, est tombé sur une perle, un sujet double, à la fois, la personnalité de cet inspecteur (avec ce remarquable passage sur l'ouragan Katrina) et cette quête d'identité de Jane Doe. En mariant habilement, la procédure et ses énormes embûches avec la vie personnelle de Versiga, Raphaël Malkin parvient à créer, une atmosphère certes, mais aussi une complicité, une forme d'affection pour ce policier hors normes. Le lecteur en apprend d'ailleurs un peu plus sur les techniques d'investigation, l'usage de l'ADN, des appels à témoins du FBI, des sites de recherches, mais aussi des laboratoires privés, capables d'intervenir, d'apporter le petit indice qui fait tout basculer. Tout le travail de Darren Verisiga aura duré dix ans. Pour tenter de mettre un nom sur des os pourtant découverts trente ans plus tôt. Comme quoi dans la police américaine, il y aussi des héros du quotidien.

Lieutenant Versiga ed. Marchialy, 204 pages, 20 euros
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article