Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The killer inside me

The killer inside me

Littérature noire

Au pays des nudistes : forcément drôle et intelligent

Que reste-t-il du nudisme ? Mouvement en vogue dans les années 70 et 80, il est semble-t-il tombé aux oubliettes. Plus que les bienfaits du vivre nu, c'est le vivre bien qui aujourd'hui domine : culture physique, nourriture saine, éthique alimentaire. Mark Haskell Smith, redoutable auteur de polars sarcastiques, chroniqueur du Los Angeles Times, n'en reste pas moins intrigué par ce qu'il considère, à juste titre, comme l'un des derniers tabous occidentaux. Au pays des nudistes, c'est un peu Candide au pays des verges qui ballottent, des fesses qui s'effondrent et des poitrines qui dégoulinent. D'accord, d'accord il n'y a pas que des vieilles personnes qui s'adonnent au naturisme. Mais il y en a beaucoup et ce sont celles-là, que l'auteur, Rouletabille à poil avec son carnet, va d'abord croiser. Dans des croisières en Atlantique, dans des camps en Floride. Ce livre n'est pas un essai voyeur, c'est même tout le contraire, Mark Haskell Smith cherche à comprendre, il interroge des dirigeants de mouvements américains, consultent des archives et retracent l'histoire, très riche, frondeuse et passionnante de ce mouvement. On découvre à quel point la sexualité est sous jacente, chez les nudistes eux-mêmes et bien sûr chez ceux qui ne le sont pas. Plus intrigant, l'auteur souligne que San Francisco, ville libertaire, vient récemment d'interdire le nudisme dans ses rues après plusieurs plaintes pour exhibitionnisme. Liberté ? Censure ? Bigotterie ? Foutage de gueule tout simplement ? Il y a un peu de tout ça. Et cette parole très juste d'un fondateur des mouvements nudistes aux USA : "un pays sans plage nudiste n'est pas un pays civilisé". Surtout, l'auteur s'interroge sur les interdictions actuelles, les peurs qu'elles traduisent : " comment avons-nous été conditionnés pour considérer nos corps de façon négative ? Et pourquoi avons-nous si peur de la sexualité humaine ?"

Mais Mark Haskell Smith  ne se contente pas des Etats-Unis ! Le Californien s'en va en Autriche pour une "randonnue", se rend en ESpagne dans un village voué au tourisme nudiste et, bien sûr, va à Cap d'Agde. Un lieu prédisposé pour son humour. Notamment lorsque, le soir, tous les résidants se rendent à des soirées échangistes, tel sexagénaire avec sa chatière à pénis, tel autre avec ses bas résilles ! Livre extrêmement sérieux, Au pays des nudistes n'en est pas moins désopilant. Les pages sur les smoothies, ces personnes qui se rasent entièrement, sont à mourir. Tout comme le passage sur Haskell Smith et sa couche de crème solaire. Et lorsqu'il parle de Seattle qui " jouit, dans ses bons jours, d'un climat frais et dégoulinant; c'est un endroit où le lichen s'épanouit, où la flore est luxuriante et verdoyante et la lumière teintée d'une légère nuance de gris : une de ces couleurs subtiles, presque institutionnelles, que l'on pourrait trouver sur les murs de l'Institut Suédois de Recherche sur la dépression " ! C'est donc éminemment drôle et intelligent, sans oublier d'être vraiment original. Avec une sorte de maxime qui pourrait être "vivre et laisser vivre ", Mark Haskell Smith témoigne d'un mouvement qui a du mal à se régénérer mais qui attire une nouvelle frange de la société. Assez passionnant finalement.

Au pays des nudistes (trad. Elodie Leplat), ed. Paulsen, 378 pages, 22 euros.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article